Carmen

Georges Bizet (1838-1875)

Carmen en 2014, un opéra où règnent la tragédie amoureuse et la soif de liberté pour fêter avec splendeur les 20 ans du festival Avenches Opéra.

  • Avec
  • Béatrice Uria Monzon
  • Noëmi Nadelmann
  • Jorge de Leon
  • Giancarlo Monsalve
  • Franck Ferrari...
  • Orchestre de Chambre de Lausanne
  • Chœur de l'Opéra de Lausanne
  • Direction musicale / Mise en scène
  • Alain Guingal / Eric Vigié

Annulation

Nous sommes autant désolés que vous que la météo se soit montrée très mauvaise lors de nos soirée du vendredi 4 et du dimanche 6 juillet. Comme vous n’avez pas pu assister à 60 minutes de spectacle, vos billets vous sont remboursés.
Pour ce faire, veuillez télécharger le formulaire ci-dessous et nous le renvoyer, accompagné de vos billet.

Formulaire PDF
Dernier délai : 31 juillet 2014.

Pour les billets achetés chez TicketCorner, veuillez retourner dans le point de vente où vous l’avez acheté afin d’obtenir le remboursement.

Autour de Carmen

En plus

Présentation de l’œuvre

Une introduction à Carmen est proposée les soirs de représentation à 19h, au Théâtre du Château.
L’entrée est gratuite.

Surtitrage

Le spectacle est surtitré en français et en allemand.

Distribution

 

Opéra en quatre actes d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy
d’après Prosper Mérimée
Créé à Paris à l’Opéra Comique le 3 mars 1875

Direction musicale

Alain Guingal

Mise en scène

Eric Vigié

Assistant mise en scène

Jean-Philippe Guilois

Direction des chœurs

Pascal Mayer

Chorégraphie

Sylvia Perujo

Décors

Jean-Marie Abplanalp

Lumières

Henri Merzeau

Réalisation des vidéos

Quentin Martinelli

Costumes

Cornejo Madrid, Eric Vigié

Assistante costumes

Amélie Reymond

Perruques, maquillages

Jean-Claude Marchione

Vidéos

Le Festival en Images

RTS TJ 19h30 / 03 juillet 2014

Argument

Résumé de l'histoire

Les personnages

Carmen (mezzo-soprano), Don José (ténor), Micaëla (soprano), Escamillo (baryton), Frasquita (soprano), Mercédès (mezzo-soprano), Le Dancaïre (baryton), Le Remendado (ténor), Zuniga (basse), Moralès (baryton)

Un opéra mythique

Créé le 3 mars 1875 à l’Opéra comique, le chef-d’œuvre de Georges Bizet, sur un livret d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy, est tiré de la fameuse nouvelle éponyme de Prosper Mérimée. Cet ouvrage lyrique, un des plus populaires du répertoire, est aujourd’hui encore l’opéra français le plus joué au monde. C’est en effet dans Carmen que l’on peut entendre les célébrissimes mélodies que sont L'amour est un oiseau rebelle et l’air du Toréador.

Carmen - une tragédie amoureuse

En Espagne, à Séville, Carmen, bohémienne rebelle, est arrêtée à la suite d’une querelle. Afin de s’évader, elle séduit le brigadier Don José, fiancé à Micaëla, et lui promet son amour. Don José libère Carmen, mais, pour l’avoir laissé s’échapper, se fait dégrader et emprisonner à son tour. Deux mois plus tard, il la rejoint parmi les bandits. Entraîné par sa passion, il se fait déserteur et la poursuit de sa jalousie. La bohémienne finit par le repousser, et seule Micaëla parvient à ramener José au chevet de sa mère mourante. Devant les murs des arènes de Séville, Don José rencontre une dernière fois Carmen, alors qu’elle accompagne son nouvel amant, le torero Escamillo. Désespéré, Don José la presse et l’implore de revenir près de lui mais, avide de liberté, elle le brave et refuse net: fou de passion, il la frappe alors en plein cœur.

Mot du metteur en scène

Des arènes d'Avenches aux arènes de Séville

Après dix ans d’absence à l’affiche, vous présenter à nouveau Carmen semblait être l’idée la plus rassembleuse pour fêter dignement ce vingtième anniversaire. Nous avons travaillé, avec Jean-Marie Abplanalp, l’image d’une Espagne des années 60, exempte de l’incontournable « folklore andalou », une image dépouillée des codes légèrement éculés qui ont souvent alourdi cette histoire d’amour, de liberté… et de jalousie. Authenticité, simplicité, mais aussi spectacle avec des images fortes et une vision plus moderne et théâtrale, sans en trahir l’esprit : c’est ce que nous vous proposons avec cette nouvelle production à « ciel ouvert ». 

Vous y retrouverez tous les ingrédients qui font de Carmen l’ouvrage lyrique le plus représenté au monde, et surtout une distribution solide sous la direction d’Alain Guingal, que nous recevons ici pour la première fois, à la tête de l’Orchestre de Chambre de Lausanne. Peut-on programmer Carmen sans Carmen ? Evidemment non. Nous recevrons donc Béatrice Uria Monzon, qui a chanté ce rôle sur toutes les scènes… sans jamais l’interpréter en Suisse romande. Cet oubli sera ainsi réparé. Vous découvrirez également Noëmi Nadelmann dans sa première interprétation de la célèbre cigarière. Le jeune ténor espagnol Jorge de Leon, nouvelle coqueluche des scènes internationales, prendra les traits de José, et vous entendrez un des plus célèbres Escamillo français: Franck Ferrari. Sans oublier tous les autres solistes à l’expérience confirmée qui viennent compléter cette distribution.

Des arènes d’Avenches aux arènes de Séville, nous vous invitons à suivre les amours tragiques de Carmen et de son amant José, qui s’achèvent en un combat meurtrier pour les deux protagonistes: vainqueur et vaincu n’ont au bout du compte d’autre issue que celle d’assumer leur tragique destin.

Eric Vigié
Metteur en scène
Directeur artistique du Festival

Georges Bizet (1838-1875)

Le compositeur

Georges Bizet est né le 25 octobre 1838 à Paris. Pianiste virtuose dès l’enfance grâce à sa mère, il entra au Conservatoire de Paris avant l’âge requis et y fit brillamment toutes ses classes. Grand prix de Rome en 1857, il passa trois ans à la Villa Médicis puis rentra en France où il composa, notamment, plusieurs œuvres lyriques (Les Pêcheurs de Perles, la Jolie Fille de Perth, Djamileh) qui ne furent pas de grands succès. Le compositeur connut enfin une certaine renommée avec la suite orchestrale de l’Arlésienne créée pour la pièce d’Alphonse Daudet (1872).

Dans les dernières années de sa vie Bizet consacra toutes ses forces à la composition de Carmen, sur un livret de Meilhac et Halévy, d’après la nouvelle de Prosper Mérimée (1873-1874). Mais l’ouvrage fut mal accueilli lors de sa création à l’Opéra-Comique (3 mars 1875) : ni le public, ni les critiques ne comprirent la valeur de cette œuvre jugée indécente et vulgaire. Il est vrai que l’ouvrage avait de quoi surprendre tant il s’écartait des conventions de l’époque avec cette antithèse d’héroïne et cette fin tragique. Il faudra attendre que le livret soit complété de récitatifs (à la place des dialogues parlés) par Ernest Guiraud pour que Carmen connaisse enfin un succès définitif. Et c’est seulement après sa mort, survenue 3 mois jour pour jour après la première représentation, que le génie de Bizet allait définitivement être reconnu.

Discographie

Carmen de georges bizet

1958 : Los Angeles, Gedda, Blanc, Dir. Beecham
1963 : Price, Corelli, Dir. Karajan
1966 : Callas, Dir. Prêtre
1966-1970 : Bumbry, Vickers, Freni, Dir. Karajan/Frühbeck de Burgos
1975 : Troyanos, Domingo, Te Kanawa, Van Dam, Dir. Solti
1977 : Berganza, Domingo, Cotrubas, Milnes, Dir. Abbado
2006-2012 : Kaufmann, Dir. Antonio Rappano (DVD)/Rattle (CD)
2010 : Alagna, Garanca, Monzon, Dir. Nézet-Séguin (DVD)/ Piollet (DVD)

Commandez le programme

Découvrez notre programme de Carmen qui contient encore plus d'informations sur le spectacle: le synopsis complet, des entretiens avec les deux interprètes de Carmen, Béatrice Uria Monzon et Noëmi Nadelmann, des textes musicologiques sur l'œuvre, ainsi qu'un cahier spécial «20 ans»!

Vous pouvez l'acheter au Bureau du Festival, Hôtel de Ville (1er étage), à Avenches, ou à l'entrée des arènes, le soir des représentations.

Pour le commander en ligne, veuillez remplir et envoyer  le formulaire ci-dessous.

Prix: CHF 10.- (+ frais de port)