Edifice le plus imposant de la capitale de l’Helvétie romaine, les arènes d’Avenches ont été le témoin de combats d’animaux et de gladiateurs. Au Moyen Age, elles subissent une transformation avec la construction d’une tour forte. Et aujourd’hui, ces mêmes pierres accueillent, depuis maintenant une vingtaine d’années, de grands spectacles culturels.

Depuis toujours, Avenches est une destination de course d’école «intelligente», qui a la faveur des enseignants férus de culture. La pittoresque cité vaudoise de 3500 habitants abrite plusieurs monuments parmi les plus significatifs de l’architecture romaine dans notre pays. Il y a quelque 2000 ans, Avenches, alors appelée Aventicum, était la capitale de l’Helvétie romaine et comptait environ 20 000 habitants. Elle se trouvait sur l’axe d’importance stratégique du Plateau suisse et était reliée aux voies navigables. Cette magnifique cité romaine fut en grande partie détruite en 275-277 apr.    J.-C. par les Alamans.

Elle est aujourd’hui recouverte en grande partie par la ville moderne d’Avenches. Quelques édifices publics de l’époque romaine, bien conservés, subsistent  toutefois et valent la visite: le mur d’enceinte de la ville avec la porte Est et la «Tornallaz» (l’une des 73 tours de guet de l’époque), les thermes du forum, le théâtre, quelques vestiges de temples et de sanctuaires, ainsi que l’amphithéâtre. Ce dernier compte parmi les plus grands de Suisse (115 x 87 m) et est actuellement  le mieux conservé du nord des Alpes.

Pour sa construction, les Romains ont utilisé une colline naturelle qu’ils ont en partie creusée. A l’époque la plus faste, il offrait 16’000 places assises aux hommes de toute classe sociale, qui pouvaient assister en ce lieu à des combats d’animaux et de gladiateurs.

Depuis vingt-deux ans, Avenches retrouve tous les étés, au mois de juillet, sa splendeur d’antan: dans les arènes, cependant, les cris assoiffés de sang ont fait place, aujourd’hui, à d’harmonieuses mélodies d’opéras. Les spectateurs reviennent vers la destination de leurs courses d’école d’autrefois, tout en goûtant aux plaisirs d’une soirée musicale à ciel ouvert.